Acceuil
Bibliothèque (1990-2017)

Je l’ai vu

Un survol de l’expérience "Parolimage" dans les années 1989 et ses suites.

Michel GUERRIER. Préface de Jérôme COTTIN

Le pasteur retraité Michel Guerrier, qui fut l’un des piliers du groupe "Parolimage", nous livre ici un utile témoignage historique et iconographique, concernant l’action et les réalisations de ce groupe pendant une vingtaine d’années (1989 à 2010 environ). Il était composé de pasteurs, liturges, amis et acteurs de arts, et surtout d’artistes, sinon protestants, du moins intéressés par le protestantisme et en connivence avec lui.
A une époque où les arts visuels contemporains étaient le dernier des soucis des acteurs des Eglises protestantes, ce groupe eut une action pionnière et prophétique : encourager la création artistique visuelle contemporaine au service du culte protestant. Il le fit par l’organisation de conférences, expositions et réalisations ou promotion de réalisations plus pérennes (vitraux, objets liturgiques) dans les églises luthériennes.
L’ouvrage recueille des témoignages d’une quarantaine d’artistes, et est riche d’environ 70 œuvres (contemporaines ou plus anciennes) reproduites. A cela s’ajoute le témoignage d’une quinzaine d’amis et acteurs des arts visuels.
L’ouvrage rend également compte de l’expérience analogue de son "petit frère", le groupe "parole-image" dans le pays de Montbéliard, qui a essentiellement fait connaitre le remarquable "retable de Montbéliard" (1530-50), l’un des plus grands tableaux protestants connus de l’époque de la Réforme, et qui se trouve actuellement au Kunsthistorisches Museum de Vienne.
Une trace est conservée du pasteur et peinture non figuratif Aimé Esposito-Farese, qui œuvra principalement en région parisienne. Rien n’est malheureusement dit sur l’autre peintre-pasteur de cette époque, Henri Lindegaard, qui a pourtant durablement influencé le protestantisme par ses dessins bibliques en noir et blanc.
L’ouvrage de Michel Guerrier nous permet de prendre connaissance d’un certain nombre de réalisations contemporaines dans des églises protestantes alsaciennes : en particuliers des cycles de vitraux extrêmement contemporains (dans au moins 5 églises luthériennes), mais aussi des tableaux, comme ceux de Pascal Henri Poirot pour le temple réformé de Abreschviller (1999), la "croix colorée" de Christophe Meyer dans l’église prot. rénovée de Mutzig (2011), les stèles en bois de Robert Stephan dans l’église luth. de Lampertheim (2010), sans oublier les installations de Sylvie Lander à Saint-Pierre le Jeune à Strasbourg (2012).

Jérôme Cottin