Acceuil
Bibliothèque (1990-2017)

Luther et l’art

Dossier de la revue Arts sacrés n°38 (oct.-déc. 2017)

Presque 4 ans après son premier Dossier consacré à "Art et protestantisme" (Arts sacrés n°21, janv-févr. 2013, Dijon, éditions Faton), cette magnifique revue en quadrichromie consacre un second dossier sur le même thème, mais centré cette fois sur l’art chez Luther et dans le luthéranisme, commémoration des 500 ans de la Réforme (qui commence avec le "geste" de Luther du 31 octobre 2017) [1] oblige.

7 articles, accompagnés d’une iconographie exceptionnelle, sont consacrés à ce thème ; deux sur les églises luthériennes : un article de S. Weyer-Menkhoff sur "La théologie de l’espace selon Martin Luther", et un autre de Maxime Goldmund, sur "Les églises luthériennes, un patrimoine méconnu") ; deux contributions s’intéressent aux arts visuels : Jean Wirth sur "Luther et les images", et Jérôme Cottin sur "Postérités et modernités de l’art luthérien". Puis viennent deux articles sur la musique : Helga Schauerte-Maubouet sur "Martin Luther musicien" et Gilbert Dahan : "Prédication et exégèse dans les cantates de J-S Bach". Une dernière réflexion explore le cinéma : Waltraud Verlaguet : "Décrypter le protestantisme au cinéma".

Les auteurs sont tous des spécialistes reconnus de ces questions, qu’ils soient universitaires (historiens d’art, théologiens, historiens, musicologues), architecte ou organiste.

On sera convaincu que le luthéranisme a contribué à l’éclosion d’un "art d’église", de qualité, et pas simplement de la musique, si l’on voit la richesse de l’architecture baroque luthérienne en Europe de l’Est et en Europe centrale. Mais c’est vrai que si l’on veut prendre la mesure de cet art plastique luthérien il faut - contrairement à la musique, accessible partout - se déplacer. Quitter hexagone - en faisant toutefois un petit arrêt par Strasbourg, haut lieu du luthéranisme historique - pour aller plus à l’Est, dans les villes de Dresde, Leipzig, Berlin, Breslau (Wroclav), Magdebourg, Hambourg et les villes hanséatiques, là où le luthéranisme puise ses racines historiques.

Pour être complet, ce dossier aurait pu comporter un article plus spécialement consacré à Cranach, et un autre sur les gravures imprimées en noir et blanc (Bibles, tracts et pamphlets), mais il est vrai que l’on ne peut pas tout dire et tout montrer. Soulignons-le encore une fois, l’iconographie est d’une qualité exceptionnelle, et les visuels sont soigneusement légendés (sauf pour les pp. 48 et 49 où il y eut un oubli).

Terminons par une triste nouvelle : nous apprenons qu’avec ce numéro consacré à cette thématique qui nous est chère, la revue Arts sacrés, portée depuis des années à bout de bras par le frère Philippe Markiewicz, va cesser de paraître. Une grand perte pour notre thématique. On espère qu’on n’en rendra pas Luther (et les luthériens) responsables.

Jérôme Cottin