Acceuil
Bibliothèque (1990-2016)

Arts sacrés n°32

Dossier : Bénédictins & cisterciens

Après un an de suspension, la revue Arts Sacrés reprend chez un autre éditeur et avec un rythme un peu moins soutenu (4 numéros par an au lieu de 6 précédemment) mais ce sont sont des numéros plus volumineux. Le rédacteur en chef est toujours le même : frère Philippe Markiewicz, moine bénédictin, et ancien architecte.

Ce (nouveau) numéro a comme thématique principale l’esthétique des deux ordres monastiques que sont les bénédictins et les cisterciens. On découvrira une esthétique de l’épure, de l’ascèse, avec des exemples contemporains étonnants, comme l’abbaye de Novy Dvur (2004) en république tchèque, celle Val Notre Dame, St-Jean-de-Matha (2009) au Québec, ou encore l’abbaye Notre-Dame de Tautra (2006), en Norvège. Étonnantes, ces abbayes récentes ! Évidemment, l’ascèse est surtout du côté des cisterciens, mais l’abbaye bénédictine de Vaals (1986) aux Pays-Bas, est d’une esthétique toute "calviniste", et tranche avec d’autres, imprégnées de baroque.

Fidèle à sa vocation, la revue Arts sacrés investit fortement l’art contemporain, pas forcément chrétien, mais en relation avec la notion (fort vaste) de sacré. La démarche artistique de Gina Pane, en particulier l’une de ses dernières créations, "lLa chair ressuscitée" (1988-89), inspirée par la lecture de Tertullien "La chair est la porte du salut", et qui s’exprime à travers des traces corporelles (blessures, stigmates, incisions).
Il est aussi question de Poussin, de l’art des Gobelins, du musée des religions d’Emile Guimet. La plupart des ces articles sont en consonance avec des expositions temporaires existantes.
On notera également une étonnante "chapelle" (en tous cas un lieu de méditation, de retirement, de réflexion, accueillant 6 œuvres de Frank Stella, et conçue par l’artiste dans le cadre de la Fondation Bernar (sic !) Venet au Muy en Provence. Une sorte de remade de la chapelle Rothko à Houston, plus près de chez nous toutefois.

A noter également : une courte présentation du nouveau vitrail de la cathédrale de Strasbourg (chapelle Ste-Catherine), réalisé à l’occasion des 1000 ans de la fondation de la cathédrale par Véronique Ellena, ancienne pensionnaire de la villa Medicis, qui reprend un détail d’un Christ bénissant de Hans Memling (1481), mais qui est en fait constitué de centaines de photographies de visages humains et d’éléments de la nature