Acceuil
Bibliothèque (1990-2016)

Joel-Peter Witkin, enfer ou ciel / Heaven or Hell

Catalogue de l’exposition à la Bibliothèque Nationale de France

Anne Biroleau (éd.), Jérôme Cottin, Séverine Lepape

Cet ouvrage est le très beau catalogue de l’exposition éponyme, présentée au printemps-été 2012 à la BNF à Paris.
Witkin est l’un des plus grands photographes d’art nord-américain. Son œuvre photographique - qui se trouve dans des musées du monde entier - , est savamment composée et retravaillée, telle des gravures ou des tableaux anciens. Elle est déroutante, provocante, surprenante. Elle ne peut laisser indifférent.

On y trouve de nombreux nus, corps abîmés et difformes, mêlés à des objets les plus diverses, et souvent dans des postures atypiques ou érotiques, qui mettent en évidence le corps, le sexe ou les pulsions sexuelles. Mais ce n’est pas du voyeurisme : ces corps sont présentés comme des figures mythiques, car les photographies de Witkin sont truffées de références aux textes et tableaux anciens. Un autre motif récurrent est la présence de cadavres, cranes, éléments de corps humain ou animal déchiquetés, et recomposés selon une disposition savante, tel des natures mortes, des memento mori ou des reliques catholiques.
Pour comprendre cet art, il faut lire le texte de l’éditrice et commissaire d’exposition, Anne Biroleau, qui montre les multiples aspects et niveaux sens de cet art. Un art qui combine à la fois au niveau des thèmes et des techniques d’infinies opérations qui vont être la base d’une sémantique savante : "addition, suppression, permutation, substitution", mais aussi "citation", "réemploi", "collages", "allusions", "grattages" "enchâssement", "télescopage", "intertextualité" (p. 25).

Witkin joue constamment avec des dimensions contradictoires : des références "endogènes" ou "exogènes", le sens figuré et le sens littéral, "a mise en évidence et le camouflage, le révélé et le caché, le visible et le non visible, l’harmonie et la dissonance, le premier, second et même troisième degré.

Diverses rhétoriques visuelles sont employées, en particulier l’allégorie, la métonymie et la métaphore. Cette œuvre a un effet proprement cathartique ; parfois "le sens nous explose au visage" (Biroleau, p. 24).

Autre aspect atypique de cet artiste inclassable : Witkin se présente comme un catholique pratiquant ; il revendique haut et fort sa confession chrétienne. Peu d’allusions chrétiennes dans son œuvre toutefois, sinon parfois des crucifix qui apparaissent sur les masques de ses nus (souvent masqués). Pour comprendre la relation entre cet engagement chrétien et ce qui est donné à voir, on se reportera à mon texte (pp. 39-48).

- Sur l’exposition Witkin à la BNF, Paris.
- Rencontre avec l’artiste.

Jérôme Cottin