Acceuil
Bibliothèque (1990-2016)

Religion, Art, & Visual Culture

A Cross cultural Reader

Auteur : S. Brent PLATE (éd.)

Brent Plate est assistant professeur de Religion et d’Arts Visuels à l’Université Chrétienne du Texas. Il a rédigé ce texte pour pallier au manque de documentation qu’il a ressenti en tant qu’enseignant.
À travers la présentation juxtaposée et organisée d’extraits de textes connus d’historiens, de sociologues ou de critiques, le but de l’a. est de nous faire découvrir une approche de l’art et de la religion sous un nouvel éclairage. C’est aussi, le désir d’amener les historiens et les spécialistes de la religion à considérer les images et les pratiques visuelles comme premières dans l’étude du religieux et pas seulement comme des illustrations artistiques.

Sa pensée s’inscrit dans ce qu’on appelle aux États Unis, la culture visuelle. Ce mouvement est né au début des années 90. À l’opposé de la position traditionnelle occidentale qui tend à privilégier une hiérarchie des arts, les Beaux Arts, peinture, sculpture, étant au sommet, la culture visuelle prend en compte tout qui touche visuellement l’homme dans sa vie quotidienne, aussi bien la publicité, le spectacle que la mode ou la planification urbaine. Elle refuse la notion d’art pour l’art. La vision vraiment engagée dans le monde n’est pas purement cognitive ou esthétique, mais elle s’adresse au corps comme à un tout et met en avant les pratiques sociales qui touchent au cœur ce qui est vu. Dans cette perspective, l’art doit être rattaché à la culture au sens large, et donc aussi, à la religion dont il a été coupé à l’époque moderne. De la sorte, porter un regard interculturel aux relations qu’entretiennent les arts visuels et la religion à travers les lentilles de la culture visuelle, permettra de revitaliser ces deux domaines. Ce désir de relier la façon dont nous voyons et celle dont nous vivons trouve une de ses motivations dans la volonté de lier l’esthétique et l’éthique. Ce changement de point de vue implique que nous ne pouvons pas simplement développer notre analyse autour des objets mais que nous devons prendre en compte le champ entier de la vision. La culture visuelle s’attache autant à la réception qu’à la production des images. Dans ce type d’analyse, sexe, race, nationalité, religion et autres formes d’identification peuvent jouer un rôle vital dans la construction de notre manière de regarder et dans celle dont nous sommes regardés. Le désir actuel de détacher l’art de son statut isolé et de le rattacher aux composants politiques et culturels serait à rapprocher selon l’auteur, de celui de la réinvention et du ré-enchantement du rituel comme une composante forte de la vie humaine. Le rituel peut servir de pont entre la culture visuelle et la dévotion religieuse, mais alors la rupture entre le sacré et le profane est anéantie et réorientée comme le montre l’analyse que l’a. donne en introduction de La Sainte Vierge Marie de Ofili.

Conscient que le voir religieux est un processus complexe qui prend place à l’intérieur d’une culture et d’un temps particuliers formatés par un système de croyances, l’auteur divise ce processus en 6 étapes. Chaque section du livre va proposer plusieurs textes orientés autour d’une de ces étapes. Le choix d’attribuer une religion et un art à une étape donnée est arbitraire. Chaque chapitre comprend quelques images et est enrichie d’une bibliographie.
1. La perception. Ce chapitre fait exception, il sert d’introduction.
2. L’image/icône. La description et l’interprétation de l’image. Le christianisme et la peinture.
3. Le mot/l’image. L’examen des relations entre les mots et les images, le rôle de chacun dans la compréhension et la communication religieuse culturelle. L’islam et la calligraphie.
4. Le corps/l’esprit. Saisir comment l perception visuelle est localisée dans le corps et souligne la relation entre le corps et l’esprit. Le bouddhisme et les jardins paysage.
5. Interactive/performante. Le sujet spectateur regarde et simultanément il est regardé - le fait de visualiser est interactif. L’hindouisme et les media de masse.
6. La mémoire. De la même façon que notre vue est dépendante de notre environnement culturel et historique, l’histoire des media visuels est à prendre en compte. Le judaïsme et l’architecture.
L’a. nous propose des lectures introductives sur la façon d’approcher les relations entre le visuel et les pratiques religieuses des cinq religions majeures, et, en même temps, il nous suggère de nouvelles voies pour aborder les traditions religieuses et la compréhension qu’elles ont d’elles-mêmes.

Martine GRENIER