Acceuil
Coups de cœur

Kehinde Wiley, Lamentation

Lamentation, la première exposition muséale française de Kehinde Wiley, est présentée au Petit Palais.

Peintre américain, Kehinde Wiley est né en 1977 à Los Angeles, d’un père yorouba du Nigéria et d’une mère afro-américaine. Ses sources d’inspiration sont notamment Titien, Bronzino, Van Dyck, Rubens, Ingres, Raphaël, Gainsborough. Il définit son travail comme une simple question posée, pour laquelle il attend une réaction.
"Lamentation" est la première exposition muséale française de Kehinde Wiley. L’exposition se situe dans deux espaces des collections permanentes du musée. Dans la galerie des grands formats, sur une sorte de kiosque est présentée une série de six vitraux puis, dans une seconde salle, en bas, se trouvent trois peintures inspirées par le corps Christ. Dans l’ensemble de ce travail, l’artiste joue avec les représentations adultes et enfantines du Christ.
Très lumineux, les vitraux de Kehinde Wiley captent le regard dès l’entrée. Ils revisitent des thèmes religieux, tels que les vierges à l’enfant. Dans ces oeuvres, l’artiste met en avant la figure de l’enfant Jésus, sa fragilité et son innocence. Il souligne aussi l’universalité du Christ dans lequel chacun doit pouvoir se retrouver, homme, femme, enfant, quelque soit sa culture. Il tente de souligner l’aspect universel voire même humaniste de la figure christique. Pour marquer le fait que la croyance en Christ dépasse amplement les frontières du monde occidental et que donc tout individu croyant devrait pouvoir être en mesure de s’identifier à lui, il distribue les rôles majeurs des récits évangéliques à des figurants noirs, le plus souvent absents de la peinture religieuse. Le choix de l’emplacement des vitraux dans l’espace muséal est lui aussi intéressant, car ils sont placés au milieu de représentations plus classiques du Christ, ce qui crée et souligne le contraste opéré par l’artiste.

JPEG - 1.8 Mo
The Virgin and Child Enthroned, 2016
JPEG - 5.7 Mo
Deux des trois peintures présentées dans la salle du bas
JPEG - 1.4 Mo
Détail

Le second lieu d’exposition rassemble trois peintures de grands formats de Kehinde Wiley. Ces oeuvres se concentrent sur le Christ comme corps, sur le divin qui se fait Chair. Elles posent la question de la double nature du Christ, à la fois homme et Dieu. Les trois peintures réunies dans cet espace, insistent sur l’humanité de la figure christique et pointe la nature virile, voire sensuelle de son corps. Le plus grand format s’attache à révéler les liens entretenus entre le corps abandonné et le fond floral exubérant, entre la nature et le divin.

Marie-Ange Abiola, étudiante de l’ISTA, Faculté Catholique de Paris