Acceuil
Bibliothèque (1990-2017)

Wo das Licht wohnt

Betrachtungen zu Christus-Ikonen

Auteur : Rowan WILLIAMS

Voici, fort bien traduit de l’anglais par Marianne Mühlenberg, une méditation sur les icônes du Christ, proposée par l’actuel primat de l’Eglise d’Angleterre, l’archevêque de Canterbury.

Ce petit opuscule de 95 pages en petit format se veut un livre de méditation, presque un bréviaire (le sous-titre anglais est : "Praying with Ikons"). Il présente sous forme méditative 3 anciennes icônes et une récente, ayant pour sujet le Christ. Ces 4 icônes ont les thèmes suivants : - La transfiguration (Nowgorod, 15e siècle, actuellement à Christies, New York) ; - La résurrection (Russie, 15e siècle, actuellement à la Temple Gallerie à Londres) ; - L’hospitalité d’Abraham (la "fameuse" icône d’Andrei Rubljow, 15e siècle, Russie, actuellement à la Galerie Tretjakow à Moscou) ; - Le Pantocrator(Mariamna Fortounatto, 20e siècle, Westcott House, Cambridge).

Les méditations sont précédées par une courte mais lumineuse explication de la spiritualité liée à l’icône, ainsi que des arguments pour et contre l’icône qui ont été défendues dans l’Eglise, avant son adoption officielle dans l’Eglise d’Orient (et partiellement dans l’Eglise d’Occident). On retiendra que l’icône n’est pas une "image", un "portrait", une "représentation", mais un "chemin de prière" ; une sorte de matérialisation d’une spiritualité chrétienne qui part non pas de l’intellect et de la raison (protestantisme), non pas du sacrement (catholicisme), mais du regard. En ce sens, l’auteur a raison de dire que regarder une icône, c’est en fait laisser Dieu nous regarder.

Une icône ne peut se comprendre et s’accepter qu’en contexte de chrétienté, et, plus encore, en contexte culturel, liturgique, dévotionnel. Ne peut rentrer dans son langage, que celui qui est déjà convaincu, qui a accompli un chemin de foi, et qui accepte les règles d’une spiritualité fondée sur le regard, la contemplation. C’est ce qui en fait sa richesse, mais aussi sa limite, dans une société largement déchristianisée.

Jérôme Cottin