Acceuil
Portraits d'artistes

Pascale Courbot-Lehalle, peintre

Pascale COURBOT a présenté une installation en l’église des Billettes à l’occasion de la SEMAINE DU MARAIS CHRETIEN 2012 (1 7 - 2 5 m a r s) : "De sang et d’eau"

JPEG - 39.9 ko
colombe

Toute personne imprégnée des récits bibliques ne peut pas ne pas penser à la mort de Jésus, quand « du sang et de l’eau »sortirent de son flanc, transpercé par la lance d’un soldat romain (Jn 19,34).
L’installation de Pascale Courbot ne nous parle pourtant pas de
souffrance et de mort, mais de joie et de vie.
Telle est l’impression première qui se dégage, tant des colonnes que des bannières peintes.
Une légèreté aérienne, une fluidité lyrique, une coloration animée se
dégagent de ces réalisations plastiques.
Pourquoi alors « du sang et de l’eau » ?
Parce qu’il s’agit de deux liquides, et de deux liquides humains. Mieux encore, de deux liquides qui non seulement symbolisent, mais qui sont la vie. Sans l’un et l’autre, pas de vie humaine et animale (ni même végétale, pour l’eau) sur notre terre.
Dans la Bible, le sang et l’eau, loin de signifier la seule mort de Jésus,
disent la vie dans ce qu’elle a d’unique et d’universel.

Jérôme Cottin,

Professeur à la Faculté de Théologie Protestante
de l’Université de Strasbourg
Membre de Protestantisme & Images

JPEG - 77.3 ko
Malika Bellaribi et Pascale Courbot au vernissage de l’exposition

Née à Alger en 1941, Pascale Courbot peint par passion, une passion qui guide sa vie et conduit ses
oeuvres depuis son plus jeune âge.
En 1980, a lieu à Paris sa première exposition personnelle en galerie.
Par la suite, elle exposera aux quatre coins de l’Europe et du monde et recevra en 2006 la distinction de
Chevalier des Arts & des Lettres.
La couleur fait la force de sa peinture, et la lumière qui s’en dégage enveloppe les formes jusqu’à les
dissoudre, sans pour autant nuire à la solidité de la construction.
Sa peinture est faite de transparences, glacis et gommages, où les vibrations de tons se meuvent créant
des effets de lumière enveloppant les contours et leur donnant vie et mouvement.
Pascale COURBOT recherche à travers ses toiles, la communion de soi et de l’Autre.
Pour elle, la création artistique est un mode de connaissance et une quête mystique de l’absolu.
Avec cette exposition « de sang et d’eau » Pascale COURBOT s’approprie la dualité et
l’ambivalence du symbole de l’eau, à la fois source de vie et de mort, purificatrice ou destructrice.
Son installation est elle même dualiste puisque volumes et toiles cohabitent, exprimant l’antagonisme
du sang et de l’eau, mais insinuant en filigrane un lien fusionnel entre les deux, tant dans la vie -
enfantement dans le sang et l’eau - que dans la mort - le sang et l’eau jaillissant du coté du Christ.
Elle salue et célèbre l’avènement de la Nouvelle Alliance véritable recréation née sur et par la Croix.

Biographie de l’artiste :

Née le 11 avril 1941 à Alger, où sa famille était établie depuis cinq générations.

Depuis son plus jeune âge, sous l’influence de son grand père maternel, elle s’intéresse à la peinture.

Marquée pendant son adolescence par les événements dramatiques de la guerre, elle se passionne pour le dialogue des cultures, au-delà des frontières et des continents.

-En 1958, elle arrive à Paris pour préparer le Concours de l’École des Chartes au Lycée Henri IV. Ancienne élève de l’Ecole des Langues orientales (section Arabe Classique), elle est aussi diplômée de l’Ecole d’Art Martenot.

En 1978, devenue Sociétaire du Salon des artistes français, puis du Salon d’Automne elle participe à de nombreuses ex-positions collectives à travers le monde.

-En 1980, a lieu à Paris sa première exposition personnelle en galerie.
Les années suivantes elle expose aux Emirats Arabes Unis et en Bulgarie.

Parallèlement, elle est critique d’Art, titulaire d’une carte de journaliste de la presse francophone, ce qui la met en contact avec de nombreux artistes de “l’Autre Europe”

-En 1988, après de multiples voyages professionnels dans cette partie du monde, elle ouvre à Paris la Galerie Lehalle pour faire connaître au public français les artistes jusqu’alors isolés du monde occidental.

Auprès des artistes, elle joue un rôle de conseil et de promotion.
Dans l’arrondissement, elle se fait connaître comme créatrice et animatrice d’ateliers de voisinage dans la galerie.

-Elle est fondatrice et commissaire de la Biennale Internationale de Senlis qui réunit, depuis 1995, des artistes français et étrangers dans le cadre des Rendez-Vous de Septembre.

En 2005, la Biennale qui a été visitée par Monsieur Renaud Donnedieu de Vabres, Ministre de la Culture et de la Communication, a reçu 100 000 personnes. Cinquante-neuf artistes venus de dix pays différents ont participé à cette manifestation.

-En juillet 2006, elle est promue Chevalier des Arts & Lettres.
Du 7 Septembre au 7 octobre 2006 elle expose à L’ESPACE CHÂTEAUNEUF 73 rue des Halles à Tours , ayant reçu du Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou, le Grand Prix de la Chatonnière 2005.

-En février 2007, elle expose dans son atelier–galerie, ayant mis fin à l’activité commerciale de la Galerie Lehalle après un incendie et ayant fermé aussi son atelier d’enseignement.